Artiste du 19 ème siècle entre tradition et modernité

Sur l’enfance

Toute école est fondée sur un esprit de caste. Elle sera autoritaire et en lutte ouverte avec les autres. Aucune ne prépare au service d’humanité et à l’amour de l’homme.

Ne frappez pas, n’injuriez pas vos enfants !

Ces mots devraient être inscrits dans toutes les maisons, dans toutes les écoles. C’est dans la famille que se cultive la violence et que le prolétaire se prépare à l’esclavage. C’est cette misérable hérédité d’un droit paternel sans contrôle qui nous prépare à l’obéissance absurde et à « la résignation des coups. » – à l’Ecole, à l’Usine, à la Caserne, et finalement à la boucherie en masse des champs de bataille. …

Depuis des siècles les hommes se rendent les coups qu’ils ont reçus, enfants. Que l’homme individuel renonce à la violence et à la brutalité de la parole et du geste quotidiens, et il échappera aux violences collectives, qui sont les résultantes collectives des injustices individuelles.

L’Homme vit toute son existence sur son enfance. Quel malheur qu’on le sache si peu ! Que d’être écrasés au berceau.

L’enfant, l’homme ne sont pas des esprits à remplir mais à délivrer.